L’objectif annoncé par le gouvernement est d’améliorer globalement l’accès aux soins dans les domaines de l’optique, de l’audiologie et du dentaire en activant plusieurs leviers. En effet, les difficultés que rencontrent les Français sont liées à plusieurs facteurs : le financement des soins, le manque de prévention et la difficulté pour obtenir un rendez-vous dans des délais raisonnables.

Pour assurer au plus grand nombre une accessibilité à des soins de qualité, plusieurs solutions ont été travaillées par les pouvoirs publics en relation avec les professionnels de santé et les complémentaires santé et ce dans les domaines de l’optique, de l’audiologie et du dentaire.

 

Le financement des soins

Souvent le reste à charge pour l’assuré est élevé sur les lunettes, les prothèses auditives et les prothèses dentaires. Le reste à charge est le montant de la dépense qui reste à la charge de l’assuré après remboursement de la Sécurité sociale et de la complémentaire santé.

D’ici 2021, vous aurez la possibilité de ne plus avoir de reste à charge en accédant à une liste d’équipements de qualité composant un panier de soins appelé panier 100% santé, pour chacune des trois spécialités.

A côté de ces paniers constitués d’équipements très précis, vous aurez bien entendu toujours la liberté de choisir des équipements qui n’entrent pas dans leur composition, vous serez alors remboursés comme aujourd’hui dans la limite de vos garanties.

Pour obtenir des équipements sans reste à charge des panier 100% santé, les bases de remboursements de la Sécurité sociale vont évoluer et des Prix Limites de Vente (PLV) vont être imposés aux professionnels de santé concernés. Ces modifications, mises en place à différentes échéances, permettront de réduire le reste à charge progressivement pour arriver à horizon 2021 à une prise en charge totale.

 

Mais concrètement ?

Voici par spécialité la composition des paniers 100% santé et des paniers libres :

En résumé, le déploiement des paniers 100% santé par domaine s’appliquera selon l’agenda suivant :

 

La prévention

Au-delà de l’aspect financier, la prévention est également un axe majeur d’amélioration pour réduire le risque et diminuer ainsi les occasions qui conduisent les personnes à aller se faire soigner.

Plusieurs actions dans ce sens vont être engagées par les pouvoirs publics, notamment par l’instauration d’examens obligatoires pour les populations les plus fragiles dans les trois domaines.

Par exemple, le programme de prévention dentaire en milieu scolaire « M’t dents » qui depuis plusieurs années s’adresse aux enfants de 6 à 18 ans et qui a été élargi en début d’année aux jeunes adultes de 21 et 24 ans va également s’adresser aux tous petits dès 3 ans.

Ce virage de la prévention fait écho à l’engagement de Swiss Life qui déploie une démarche de prévention depuis une dizaine d’années pour aider ses assurés à détecter et anticiper des éventuelles difficultés de santé.  Cette dynamique s’inscrit dans une démarche plus globale de développement de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise #smartlife. Swiss Life s’est notamment engagé dans des actions en faveur de la promotion du sport et d’une meilleure alimentation.

 

Favoriser des organisations professionnelles et de travail plus efficaces

L’objectif ici est de renforcer l’offre de soin :

-       en formant davantage de professionnels de santé

-       en élargissant  la compétence de certains acteurs

-       ou encore en renforçant la coopération entre les différents professionnels de santé

 

Pour tout complément d’information, vous pouvez vous reporter au document du Ministère des solidarités et de la santé