La politique de rémunération au sein du groupe Swiss Life, appliquée en France à travers une procédure dédiée, promeut une gestion saine et efficace des risques et vise à ne pas encourager la prise de risques au-delà des limites de tolérance au risque de l’entreprise.

Les pratiques de rémunération définies dans la politique tiennent compte de la stratégie d’entreprise et des principes de gestion des risques, et veillent à ne pas placer les collaborateurs en situation de conflits d’intérêts.

La politique de rémunération s’applique à l’ensemble de la société et comporte des dispositions spécifiques pour les personnels rémunérés par le groupe en France dont l’activité professionnelle a un effet important sur le profil de risque de l’entreprise (dits « preneurs de risques ») d’une part ; d’autre part, pour les personnes qui exercent des fonctions clés au sein du groupe en France.

Parmi les dispositions spécifiques applicables aux populations précédemment évoquées, figurent le respect d’un équilibre entre la rémunération fixe et variable, ainsi que les critères de performance utilisés pour calculer la rémunération variable, qui favorisent une gestion saine de l’entreprise et n’encouragent pas les prises de risques excessives.

Les pratiques de rémunération prennent également en compte les aspects liés au développement durable afin de favoriser la motivation des dirigeants et des collaborateurs en matière de durabilité.

Cela se fait par la mise en place d’objectifs qualitatifs qui se réfèrent notamment aux exigences de projet, de gestion des risques ou de conformité, ainsi qu’aux exigences en matière de gouvernance et de prise en compte de la durabilité et des critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance).
Cela inclut également l’intégration des aspects liés à la diversité au sein du groupe Swiss Life, dans la perspective d’une réduction globale des risques en matière de durabilité.