Ça y est : les beaux jours sont arrivés. Aucun doute, c’est le moment de se remettre à faire du sport et à pratiquer des activités de plein air ou de laisser libre cours à sa passion. Oui, mais prudence, car… 

Savez-vous que les accidents de la vie quotidienne, pour banals qu’ils soient, sont tout simplement 50 fois plus fréquents que ceux de la route ? Et que leurs conséquences sont tout aussi graves ?

Alors bien sûr, dans ces accidents, il y a ceux, de la vie domestique : une marche d’escalier manquée, une casserole d’eau bouillante qui se renverse, une tondeuse à gazon qui échappe à votre contrôle… Mais il y a également et peut-être surtout, ceux liés à la reprise d’une activité physique après une (trop) longue période de quasi-léthargie.

De multiples conséquences

Chaque année, les Français payent un lourd tribut aux beaux jours : un accident sur trois entraîne fracture ou entorse, un sur cinq une plaie ouverte, un sur six un problème aux vertèbres ou aux articulations ! Avec toujours des conséquences identiques : une immobilisation plus ou moins longue ; des frais imprévus.

Alors, pour ne pas prendre de risques inutiles, n’oubliez pas que la plupart des sports, même de plage, nécessitent en un certain niveau de forme. Ne vous lancez pas de but en blanc dans une pratique que vous ne maîtrisez pas sans être initié ; ne négligez pas les équipements de sécurité ou les conseils des professionnels qui vous encadrent…

Et si cela arrive ?

La première chose à faire est de vérifier si la responsabilité civile d’un tiers est engagée, afin de faire jouer ses assurances pour être dédommagé. Sachez, par exemple, que tous les établissements sportifs ou de loisirs, les clubs d’équitation comme les parcs à thème, doivent disposer de ce type de garantie.

Si vous vous blessez tout seul, vos soins seront sans doute pris convenablement en charge par la sécurité sociale et par votre mutuelle*, mais il vous restera toujours un « reste à charge ». De plus, si cet accident entraîne une immobilisation, vous aurez de nombreux frais à débourser de votre poche : du déplacement d’un proche pour venir vous chercher si vous êtes incapable de conduire à l’aide-ménagère qui ira faire vos courses.

* Sauf les exclusions liées à des pratiques dangereuses