Les dernières statistiques publiées par l’INSEE* sur l’espérance de vie sont tout à la fois réjouissantes et inquiétantes. Réjouissantes, car elles sont de 78,3 ans pour les hommes et de 85,3 ans pour les femmes ; inquiétantes, car les espérances de vie en bonne santé sont respectivement de 61,8 et 63,5 ans.

Fort heureusement, l’espérance de vie en bonne santé, c’est-à-dire sans limitations d’activités ou sans incapacités majeures, ne signifie pas automatiquement dépendance totale. Néanmoins, au 1er janvier 2012, 1,17 million de Français recevait déjà l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), soit 7,8 % des 60 ans ou plus et 36,3 % des plus de 85 ans**.

 Bien que nous souhaitions tous échapper à la dépendance, les chiffres montrent que plus nous vieillissons, plus nous courrons ce risque. Nul n’est à l’abri, quels que soient son hygiène de vie, son milieu social, son état de santé apparent ou sa profession. 

Une perte d’autonomie coûte cher

 Rappelons que l’APA est au maximum de 1 312,67 € par mois. La somme peut paraître suffisante, surtout si elle se rajoute à une retraite confortable ; néanmoins, elle reste fréquemment en deçà des besoins. 

Car la dépendance, même légère, augmente toutes les dépenses. Il faut parfois investir entre 10 000 € et 15 000 € pour aménager son logement : baignoire ouvrante, fauteuil roulant, monte-personne… Il faut avoir recours à une aide à domicile.

 Et s’il faut être hébergé dans un établissement spécialisé, cela coûte 1 500 € par mois au minimum en milieu rural et au moins le double dans les grandes villes.  

Faire face

 Il est quasi impossible d’affronter avec sérénité un tel événement sans être secouru financièrement et humainement, tant pour sa commodité personnelle que pour ne pas être une charge pour ses enfants ou ses proches. 

Prévoir une assurance spécifique pour recevoir un capital en cas de dépendance totale peut donc s’avérer une sage précaution.

 Au moment de la souscription, vous déterminez vous-même le montant des sommes dont vous souhaitez disposer ; sommes que vous emploierez librement selon vos besoins : compléter un revenu, régler des débours, adapter votre maison ou votre appartement aux contraintes de votre handicap, acquérir des matériels de soins ou de transport…

 
* Sources : http://www.insee.fr, Évolution de l’espérance de vie et de l’espérance de vie en bonne santé dans l’Union européenne, derniers chiffres connus : 2010
** Sources : http://www.insee.fr, Personnes âgées dépendantes, derniers chiffres connus : 2012

  

Le contrat SwissLife Capital Dépendance en bref

À la souscription

  • Pas de questionnaire médical.
  • Possibilité de choisir vous-même le montant du capital que vous recevrez (de 5 000 € jusqu’à 75 000 €).
  • Des cotisations qui n’augmenteront jamais en fonction de l’évolution de votre état de santé et de votre âge.

Après la souscription

  • Garantie immédiate en cas de dépendance accidentelle.
  • Un accès à un très large éventail de prestations d’information.
  • Un « bilan prévention dépendance » gratuit pour éviter de courir ce risque ou d’être désemparé si cela devait arriver.

À l’apparition de la dépendance*

  • Pas de contestation possible : l’état de dépendance est constaté selon les critères de la sécurité sociale et en fonction du dossier médical.
  • Vos proches et vous-même seront secondés au moment de procéder aux formalités.
  •  Une assistance personnalisée pour vous orienter dans le système de soins et être mis en rapport avec des associations de patients souffrant de la même pathologie.
  • Des garanties d’assistance supplémentaires, pour permettre à un parent de venir vous voir en cas d’hospitalisation ou encore mettre en place la garde du domicile.

*     Dans la mesure où vous êtes à jour de vos cotisations.

 

Téléchargez la brochure SwissLife Capital Dépendance