Informations sur les cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

loading

Choisir l'investissement responsable

Vous êtes sensible aux enjeux environnementaux ? Vous souhaitez que votre épargne serve à financer des activités ayant un impact positif sur la société ? Choisir l’épargne responsable, c’est désormais possible ! En effet, depuis fin 2018, les assureurs se sont engagés à inclure dans leur offre d’assurance vie au moins un support en unité de compte (UC) bénéficiant d’un label à caractère ISR (Investissement socialement responsable), solidaire ou climat. C’est chose faite aujourd’hui chez Swiss Life. Nos conseils et notre offre pour épargner responsable en toute liberté de choix.

Epargne responsable et rentabilité : est-ce compatible ?

Epargner responsable, c’est appliquer les principes du développement durable à son épargne. L’objectif est de concilier recherche de performance financière et pris en compte de critères extra-financiers, rassemblés sous l’appellation ESG :

  • Environnement : les émissions de gaz à effet de serre, la gestion des déchets, la pollution, le traitement des eaux… ;
  • Social : les conditions de travail, de vie, la formation des collaborateurs… ;
  • Gouvernance : la rémunération des dirigeants, la transparence des décisions…

Cela permet de mieux gérer les risques et de générer des impacts positifs durables sur le long-terme pour la société.

Et c’est rentable ! En effet, avec la gestion dite d’Investissement socialement responsable (ISR), les aspects financiers tels que la performance et la volatilité de vos placements sont toujours pris en compte. En choisissant une épargne responsable, vous ne renoncez donc pas à vos projets.

L’ISR, fonds tendance ou tendance de fond ?

L’alliance des critères financiers classiques avec ces nouveaux critères extra-financiers peut donc être une source de valeur supplémentaire. Au-delà de l’impact souvent positif sur la performance même des fonds, l’investissement devient alors utile et s’accorde avec les valeurs des investisseurs. Cela explique certainement la montée en puissance de l’ISR depuis quelques années : en 2018, le centre de recherche Novethic a recensé 488 fonds « durables » sur lesquels sont répartis 149 milliards d’euros, soit 11% de plus qu’en 2017. Il semblerait qu’il s’agit bien d’une tendance de fond plus que d’une mode passagère.

Comment épargner responsable dans le cadre de mon assurance vie ?

Swiss Life a doté son offre financière de la gamme « Choix Responsable », pour favoriser le développement durable en cohérence avec sa démarche de RSE, baptisée #smartlife. Parlez-en à votre conseiller, il pourra vous proposer une offre adaptée à votre projet, tout en tenant compte de votre tolérance au risque. Pouvoir épargner responsable, c’est pouvoir agir selon vos propres choix.

Pour aller plus loin, consultez le guide réalisé par la Fédération française de l’assurance Epargner responsable grâce à mon assurance vie.

Client Swiss Life ? Vous pouvez également vous rapprocher de votre conseiller pour en savoir davantage sur notre gamme "Choix Responsable".
>Rencontrer un agent Swiss Life le plus proche de chez vous. 

Découvrez l'interview d'Edouard Gridel, un client Swiss Life

Edouard Gridel, un de nos clients qui a eu l’occasion de travailler sur le thème de l’investissement responsable au cours de sa carrière de banquier dans une grande banque internationale, nous a donné son éclairage sur l’intérêt et l’avenir de ce type d’offres.

Swiss Life : L’investissement responsable est-il une simple mode passagère ou bien une tendance de fond et de long terme ?

Edouard Gridel : Comme client, je suis un citoyen qui comme vous reçoit constamment des informations tantôt alarmistes tantôt scandaleuses : sur la dégradation accélérée de la planète comme sur les excès incorrigibles d’un certain capitalisme. Les belles intentions, les beaux discours, les appels à une finance plus responsable se multiplient pour qu’elle contribue elle aussi à corriger ces états de chose négatifs sur le E, sur le S et sur le G de l’ « ESG » (Environnement - Social - Gouvernance). Il faut donc de temps en temps passer aux actes, car les solutions peuvent aussi commencer au niveau individuel, par une affectation responsable de l’épargne de chacun : même si ce n’est que « la part du colibri », et que c’est sur du long terme que des résultats tangibles d’amélioration apparaîtront.

Comme ancien banquier, j’ai pu observer depuis une quarantaine d’années la montée des questions de développement durable : progressive mais inexorable, imprégnant tous les métiers de la banque et de la finance notamment grâce à des investisseurs pionniers qui dès le 20e siècle et de plus en plus à partir des années 90, ont expressément signifié qu’ils ne voulaient pas que leur argent fût placé dans des entreprises critiquables par leurs activités, par leurs pratiques (travail des enfants) ou par leurs impacts négatifs (type pollutions en tous genres). Ce n’est donc pas possible de réduire la montée de l’investissement responsable à une simple mode passagère, mais plutôt à une tendance lourde qui va s’accélérer au gré des urgences, des prises de conscience et des décisions d’agir.

Swiss Life : Quelles sont vos attentes et vos motivations en choisissant de placer votre épargne dans un produit de type responsable ?

Edouard Gridel : Comme client, la rentabilité reste un objectif de 1er plan de tout « capitaliste normalement constitué », même s’il n’est pas le seul. De fait, les produits de l’investissement responsable ne sont plus des lubies, des utopies, des chimères, aux perspectives improbables ; ce sont aujourd’hui des produits, construits avec des exigences, des labels, des contrôles, des notations, et surtout avec des résultats objectifs, mesurés et mesurables. Ce sont aujourd’hui des éléments qui ont leur place à part entière dans la gamme des solutions d’épargne proposés par tout grand acteur financier gestionnaire d’épargne.

Comme ancien banquier : On critique beaucoup les banquiers et les financiers, surtout depuis la crise de 2008. Travailler sur des finalités aussi légitimes et indiscutables que l’ESG, à travers de bons produits d’épargne, pour la canaliser vers des acteurs vertueux, des projets bien construits et des transactions bien fondées, est une contribution non négligeable et qui donc peut parfaitement inspirer des allocations d’épargne vers des produits responsables.