Croissance de l'activité associée à une forte amélioration de la rentabilité -

Crédits photo : Thinkstock sur les images

Swiss Life France a augmenté son résultat opérationnel de 106 à 117 millions d’euros en 2010 (hors exceptionnels). Cette progression (+10%) résulte principalement de l’amélioration de la marge financière et de gains de productivité réalisés sur l’ensemble des opérations. Il faut par ailleurs souligner que cette amélioration a été réalisée dans un contexte de marché difficile : marchés financiers incertains, forte concurrence entre opérateurs d’assurance (particulièrement en assurance santé) et série d’évolutions législatives pénalisantes pour le secteur de l’Assurance, avec notamment le report de deux ans de l’âge légal de la retraite dont l’impact est important sur l’activité prévoyance.

2010 se caractérise également par une forte croissance de l’activité de Swiss Life France, qui enregistre un chiffre d’affaires en hausse de 9% à 3 838 millions d’euros alors que le marché est en progression de seulement 4%. Cette forte croissance est tirée par l’assurance vie dont le chiffre d’affaires progresse de 17% alors que le marché ne croît que de 4%. A noter que la part des primes investies en unités de compte est également nettement supérieure au marché (22% sur un marché à 13%), en raison notamment du succès confirmé en 2010 des campagnes d’unités de compte.

Tous les réseaux de distribution participent à cette croissance, témoignant ainsi de la pertinence du modèle de multidistribution de Swiss Life France.

Charles Relecom, Président de Swiss Life France a déclaré :

« En 2010, dans le cadre d’une croissance forte et rentable, Swiss Life a récolté les premiers fruits liés à la mise en œuvre du programme Milestone 2009 – 2012, confirmant ainsi sa stratégie de développement d’assureur gestion privée et d’assureur santé de tout premier plan ; nous poursuivrons en 2011 cette stratégie de croissance rentable en mettant particulièrement l’accent sur le renforcement de la multidistribution, l’innovation, la maîtrise des coûts et notre capacité à relever les défis du marché, qu’ils soient d’ordre économique, fiscal ou financier».

Lire la suite du communiqué :