Informations sur les cookies

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

Retour

L’interprofessionnalité : la condition d’une transmission d’entreprise réussie

Opération particulièrement complexe, la transmission d’entreprise est constituée d’enjeux à la fois juridiques, fiscaux, sociaux et patrimoniaux, sans oublier la dimension psychologique qui est essentielle. Elle nécessite la mise en commun de compétences complémentaires et partagées pour optimiser l’accompagnement de l’entrepreneur dans cette étape incontournable de sa vie professionnelle.

Il n’existe pas réellement, pour l’instant, d’interlocuteur référent ou incontournable sur le marché de la transmission d’entreprise. Cet état de fait montre bien que cette opération est loin d’être aisée et ne s’improvise pas. Parfois vécue comme une « petite mort », ou jugée trop coûteuse, sa bonne conclusion est évidemment vitale, tant pour le dirigeant que l’entreprise elle-même. Ses impacts confrontent nécessairement le cédant à de nombreux défis qu’il aura tout intérêt à relever en s’entourant de plusieurs conseils constitués en équipe projet, car aucun acteur ne saurait les traiter tous.


L’expert-comptable, un rôle central dans une opération de transmission

Cette démarche, qui peut prendre de six à dix-huit mois, requiert une mise à plat essentielle des motivations du cédant et du repreneur, ainsi que des indicateurs de l’entreprise. Le cédant doit notamment faire le point sur sa situation patrimoniale, son régime matrimonial, ses revenus futurs, etc., ainsi que les conséquences pour l’entreprise, ses salariés, ses fournisseurs et partenaires. La réussite d’une cession est largement conditionnée par la préparation du chef d’entreprise et celle de l’entreprise elle-même. 

Alain Kuperty, directeur du département corporate finance – cession / transmission de Swiss Life Banque Privée

« Par sa connaissance intime de l’entreprise et son impartialité, l’expert-comptable doit être intégré à l’équipe projet. Il est celui qui peut rendre disponible l’information, qu’elle soit en RH, comptable, juridique ou financière. Les indicateurs et les éléments analytiques qu’il nous fournit, vont permettre, par leur qualité, une juste compréhension du business model de l’entreprise par tous, crédibiliser la valorisation de la société, rassurer l’acquéreur et éviter les mauvaises interprétations. Les enjeux sont importants : anticiper et préparer les impacts sur la garantie d’actif et de passif, assoir notre argumentaire de négociation, et, in fine, gagner du temps. De son côté, l’expert-comptable a tout à y gagner car il peut facturer ces différents travaux à son client dans le cadre de lettres de mission, se positionner en apporteur d’affaires avec nous et pérenniser sa clientèle en montrant sa valeur ajoutée au futur acquéreur. Par ailleurs, avec Swiss Life, il bénéficie de la complémentarité de la double expertise, banquier privé et assureur, que notre groupe peut lui apporter sur le marché. Nous lui proposons ainsi un package complet pour son client : nos expertises en corporate finance mais aussi en ingénierie patrimoniale, et nos solutions financières banque et assurance. Enfin, en termes d’investisseurs, nous sommes en lien avec une centaine de fonds et une trentaine d’industriels que nous avons la capacité à contacter par dossier. »


Le parcours d’une cession-transmission suit un process structuré

Du dossier de présentation de l’entreprise au bilan patrimonial du dirigeant, de l’évaluation financière à la sélection et au contact des investisseurs, de la négociation de la vente aux solutions d’épargne et de protection sociale, le parcours d’une cession suit les étapes d’un processus structuré. Swiss Life met à disposition la complémentarité des compétences de ses experts en banque, assurance et gestion financière, afin d’optimiser les réponses à apporter aux besoins du client dans les différentes étapes.

Damien Corbin, inspecteur gestion privée Swiss Life, région Rhône-Alpes- Auvergne

« Mettre en place un pacte Dutreil pour transmettre son entreprise à ses enfants dans les meilleures conditions possibles, réaliser une cession par le haut ou par le bas, décider de prendre sa retraite après la cession ou reprendre une activité… ces choix ont inévitablement des conséquences fiscales et financières sur le patrimoine privé du chef d’entreprise. Une connaissance approfondie de sa situation patrimoniale, ainsi qu’une vison précise de ses objectifs sont les ingrédients incontournables permettant de répondre à l’ensemble des interrogations légitimes qu’il se pose face à la cession de son outil de travail. Mal anticipée, la cession d’une entreprise peut s’avérer coûteuse, en matière d’ISF, mais également de CEHR. Quelles solutions, quelles stratégies ? Le coût fiscal peut-il être atténué ? Existe-t-il des régimes dérogatoires, des mécanismes d’optimisation ? Quels sont les compléments de retraite nécessaires ? Comment assurer la continuité de ses revenus, comment préparer au mieux sa succession, comment protéger efficacement sa famille ? Autant de questions qui trouvent leur réponse dans l’analyse patrimoniale détaillée du cédant, mission dont est investie la direction assureur gestion privée de Swiss Life au travers de son équipe dédiée. Un accompagnement qui se veut fiable et durable, mais qui passe nécessairement par une excellente compréhension des besoins, des attentes, ainsi que de l’environnement patrimonial des clients. Cette direction apporte toute son expertise sur l’ensemble de ces sujets, au service d’une clientèle souvent attentive face à l’instabilité fiscale française.


La transmission d’entreprise, une opportunité de développement pour les experts-comptables

Nombreux sont les experts-comptables réticents, par crainte de perdre leur client ou de maîtriser insuffisamment les rouages de ce type d’opération. L’expert-comptable reste cependant le mieux placé, car même si son client décide de ne pas aborder le sujet avec lui, il sera, à terme, incontournable.Sur un plan commercial, il a tout intérêt à l’accompagner et générer ainsi une nouvelle source d’honoraires. C’est aussi un bon moyen de se différencier en acquérant une identité forte, à condition de bien se former et s’entourer.

Publié le 21/11/2016